. Réflexion sur le social selling (et tous ces mots marketing qui en jettent) -

Réflexion sur le social selling (et tous ces mots marketing qui en jettent)

Posted by Harmony Com 1 comments

brèves de com

Si vous suivez un peu ce blog, vous savez que je ne suis pas fan du jargon du métier et de tous ces anglicismes inutiles. J’utilise des mots anglais bien sûr, je viens de dire « fan ». Mais je ne suis pas adepte du « mot le plus court », souvent en anglais bien sûr, ou du « tout english qui en jette ».

Je n’apprécie donc pas spécialement le terme même de social selling (vente sur les réseaux sociaux). – et oui, si vous attendiez un truc révolutionnaire, désolée, ce n’est que ça –

Seulement au delà de l’anglais, je suis surtout gênée par cette nouvelle mode, une de plus. Un nouveau « truc » à apprendre pour bien sûr avoir des clients et « faire du chiffre ». 

Mais réfléchissons un peu (oui je sais, c’est dur, surtout en juillet – promis ce sera court !)…

Avez-vous vu le terme print selling, dépliant selling, site selling, etc… ?

Non ? C’est plutôt logique et normal ! Puisque la vente sur les outils sociaux a certes ses particularités, mais pas plus que celle via un mailing (papier), l’email, un dépliant, un webinaire, etc.

Chaque outil a son utilité, ses limites et ses contraintes. On ne vend pas en rendez-vous présentiel comme sur un site e-commerce, sur Facebook, etc… De là à en faire un domaine de compétences et à vouloir vendre des formations, je n’adhère pas.

Oui on peut vendre sur les réseaux sociaux et ce n’est pas neuf, oui il y a quelques astuces à connaître, comme pour n’importe quel outil de communication ou canal de vente. Mais ne vous laissez pas impressionner par ce jargon marketing qui vise seulement à vous faire croire que vous ne savez pas, qu’il faut savoir pour vendre, donc qu’il faut bien sûr payer pour apprendre (formation).

Si je prends la définition du social selling sur ce site de référence en marketing, je vais voir ces termes :

  • le social selling est souvent associé au sourcing des prospects
  • de même qu’au lead nurturing ou lead management
  • il est essentiel dans le content marketing
  • et cerise sur le gâteau : « Le social selling est le pendant du social buying effectué coté acheteur. »

Vous n’avez rien compris ? Normal, c’est fait pour !
Un « expert » se chargera donc de vous expliquer ces choses immensément compliquées… contre monnaie sonnante et trébuchante bien sûr.

Le terme de social selling a juste été créé pour ajouter une dimension « business » aux réseaux sociaux et séduire les entrepreneurs. Car dès qu’on parle de vente, on voit les euros à côté. Les réseaux sociaux ne sont donc plus ces trucs chronophages inutiles, mais un outil de vente. Aaahhhh mais ça change tout. Euh en fait non, c’est le cas depuis le début. Et si vous lisez les articles et conseils liés au social selling aujourd’hui, vous trouverez en gros le même contenu qu’il y a 5 ans. Sauf que « social selling » en jette plus, c’est pratique en hashtag et pour le référencement. 

Le monde du webmarketing adore ces anglicisme, le cloisonnement (pour multiplier les sources de revenus et expertises) ou le jargon du métier (mon préféré dans divers domaines : le mot « disruptif » mis à toutes les sauces !). Je ne mets pas en cause les compétences qu’Internet demande aujourd’hui, je suis la première à passer des heures chaque mois à me former, tant ce monde évolue vite. De là à noyer l’entrepreneur et à le faire paniquer avec toutes ces nouveautés (inutiles pour lui bien souvent)…

Voilà, c’était juste un petit ras le bol sur le social selling, le lead nurturing et tous ces termes qui servent à impressionner le non professionnel, pour lui soutirer davantage d’argent ou se faire passer pour un expert. C’est aussi le moyen de vendre un nombre incalculable de formations, dans lesquelles beaucoup d’entrepreneurs se noient au final. 

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément »
Nicolas Boileau-Despréaux

Allez zen : ne vous laissez pas impressionner par ces pratiques qui se multiplient et vous feront bien souvent perdre du temps, sans vous apporter des clients !

femme zen

Sandra PEREZ – Harmony Com

Crédit photo : Fotalia

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
1 Comments
Trackbacks to this post. Merci pour le lien.
Vous avez aimé ? Laissez un commentaire, votre e-mail ne sera jamais utilisé !

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»
Recevez les derniers articles chaque lundi, et rien d'autre !
Je m'abonne
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer
+1