. Avoir recours à un consultant : des aides existent -

Avoir recours à un consultant : des aides existent

Posted by Harmony Com 0 comments

Pour une fois, ce n’est pas vraiment un article de fond, mais plutôt une réflexion, que je ne suis pas la seule à faire (elle ne concerne pas que la communication).

LE CONSTAT

Beaucoup d’entreprises contactent les professionnels de la communication en bout de course, réalisant (parfois trop tard) que la communication était la cause principale de leurs problèmes de CA.

La plupart des TPE, surtout les indépendants, ont tendance à ne pas prévoir de budget pour la communication, dernière roue du carrosse en France. Il n’y en a que pour la vente, faire du chiffre ! Ils se disent « plus tard », quand j’aurai les moyens. Mais pour une bonne partie de ces structures, le « plus tard » n’arrive jamais…

POURQUOI COMMUNIQUER

La plupart des TPE ne réalisent pas qu’aujourd’hui, avoir des compétences ou un bon produit/service ne suffit pas : 60 % de l’acte d’achat se joue sur l’image !

Face à une concurrence toujours plus féroce (et internationale dans bien des cas), la communication devient vecteur de différenciation. Si elle est correctement réalisée, elle sera le « petit plus » qui fait vendre.

Et par communication, je ne veux pas dire le lot habituel carte de visite + dépliant + site. Je parle d‘une véritable communication : celle qui fait que ce fameux lot va vraiment porter les intérêts de l’entreprise (par son discours et les choix visuels), mais surtout celle qui va choisir au besoin d’autres supports, plus appropriés. Car une communication efficace, est d’abord une communication adaptée :

  • aux moyens de l’entreprise
  • à ses cibles commerciales
  • à ses objectifs
Copyright (c) 123RF Stock Photos

Copyright (c) 123RF Stock Photos

SE DOTER D’UN BUDGET SUFFISANT

Pourtant la communication est aujourd’hui au centre des enjeux commerciaux, pour la plupart des activités.

Il faut pouvoir se doter d’un budget minimum dès le départ, sous peine de se retrouver dos au mur quelques mois ou années plus tard, en n’ayant plus de réserves pour sortir de l’impasse. Car on ne vend pas pour avoir les moyens de communiquer un jour, comme un luxe facultatif : on communique pour vendre !

Alors si vous manquez de financement propre, sachez qu’il existe des aides ou prêts (parfois à taux 0) pour aider les TPE à accéder aux services de professionnels pour les accompagner (et pas seulement en communication). Ci-après par exemple, celle de mon département (22).

LA RENTABILITE D’UNE COMMUNICATION DE QUALITE

Lorsque vous achetez du matériel pour travailler, vous savez que c’est utile, qu’il y aura logiquement un retour sur investissement (plus ou moins rapide). Mais le recours à la communication est perçu comme moins certain. Pourtant il dépend aussi d’autres facteurs, tel que le travail commercial de l’entrepreneur ou de ses salariés, de la qualité du produit ou service vendu, etc… Ce n’est pas pour autant non rentable, et non chiffrable. La communication viendra booster les ventes si l’offre est de qualité : les résultats sont mesurables.

Je précise qu’aucune communication ne pourra néanmoins corriger une offre mal pensée, ou un manque de compétencesUn professionnel sérieux ne prendra pas un client quand il sait que son travail sera vain : nous n’avons pas de baguette magique. Nous pouvons cependant détecter ces problèmes, et aiguiller au besoin vers un professionnel compétent pour les corriger en amont. Et comme tout travail (de plusieurs heures au minimum), il mérite salaire : il demande des années d’études et des compétences variées (commerciales, graphiques, rédactionnelles, print et web…).

Alors le « tout gratuit », low cost ou « fait maison » ne pourra convenir qu’à de très rares activités, peu exigeantes dans ce domaine. Pour les autres, ce sera une perte sèche en clients, plus coûteuse pour l’entreprise que le recours à un prestataire compétent.

Une communication bien réalisée est source de CA !

COMMUNIQUER : CE N’EST PAS QU’UNE QUESTION DE SUPPORTS

Le conseil, quant à lui, ne peut être « fait maison«  : de nombreuses TPE se rendent compte trop tard que c’est un réel métier, qui demande de sérieuses compétences.

L’ami, le voisin ou la secrétaire ne sont pas forcément de « bons conseillers » pour évaluer un site web ou des supports print. Ce conseil est pourtant essentiel et suffisant dans bien des cas. Produire une belle carte de visite et un joli site n’est pas garantie de résultats probants : ils ne compenseront pas l’absence de ciblage, ou un discours inadapté au public visé (cas très fréquent).

Il faut savoir que souvent, ce qui pose problème, ce ne sont pas les supports dans leur aspects visuel ou leur choix : c’est le fond.

C’est à dire le discours et l’image, qui permettront ensuite de composer tous les supports. Car le contenu d’un support, quel qu’il soit, reste l’essentiel. S’il est difficile à lire, plein de fautes, peu convaincant dans ses arguments, qu’il ne fait pas professionnel, etc… : peu importe son aspect esthétique et le prix qu’il aura coûté. Or, d’expérience, je peux assurer que la plupart des TPE ne perçoivent pas ce qui ne va pas : elles sentent juste au bout d’un certain temps, que « quelque chose cloche ». Elles constatent que ça ne marche pas, sans savoir pourquoi. Nous sommes là pour mettre le doigt dessus et corriger les problèmes de fond, bien avant de penser à (re)faire des supports.

Bien choisir ses supports

Droit d’auteur : Yulia Drozdova © 123RF.com

Ce travail de base est souvent un passage obligé pour l’entreprise, de façon à valoriser son offre et à la transmettre :

  • de la bonne façon
  • au bon public
  • et au bon moment

Ca semble évident. Mais dans les faits, nous voyons beaucoup d’entreprises saboter leurs chances, en communiquant très peu et/ou très mal !

FAIRE PEU MAIS BIEN

Il ne s’agit donc pas de multiplier les supports ou de les payer cher : mais de choisir les bons, même s’il n’y en a que 2. Puis de les réaliser en les optimisant autant que possible, pour porter efficacement le message de l’entreprise.

Quand la base est posée, elle se décline facilement sur les autres supports. Ensuite seulement, l’entreprise peut parfois les réaliser elle-même, car elle sait ce qui sera efficace pour atteindre ses objectifs (et ses cibles).

Veillez donc à prévoir un minimum de recours à des professionnels (pas seulement en communication) dans votre business plan : vous trouverez forcément de quoi les financer, si votre projet est bien construit. Sinon, attendez d’avoir les moyens suffisants : trop de TPE ferment, alors qu’elles avaient un réel potentiel, faute de s’être données les moyens suffisants pour l’exprimer. 

N’hésitez pas à consulter une CCI ou une Boutique de gestion, pour connaître les aides dont vous pouvez profiter (le 1er RV est en général gratuit).

Sandra PEREZ – Harmony Com
Spécialiste en communication pour TPE

AIDE AU CONSEIL POUR LES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ (département 22)

But : Aider les entreprises de 15 à 50 salariés rencontrant des difficultés à se faire accompagner par un consultant.

Montant : Subvention déterminée au cas par cas et représentant 70 à 80 % du coût HT de la prestation dans la limite de 6 000 € par entreprise.

Condition d’attribution : La durée d’intervention du consultant doit être de 5 à 8 jours.

Source : http://www.aides-entreprises.fr/aides/show/4/92/45/5015

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»