. Réaliser une carte de visite efficace -

Réaliser une carte de visite efficace

Posted by Harmony Com 8 comments

Ce petit bout de papier cartonné reste un incontournable de la communication d’entreprise.

C’est souvent le premier support qui est réalisé car il reste très apprécié et utilisé, malgré l’arrivée des nouvelles technologies. Facile à réaliser et à transmettre, peu coûteux, c’est un outil de choix. La carte de visite est ainsi un condensé de l’identité de l’entreprise, et doit la refléter fidèlement.

La carte recto verso réalisée pour NK Consulting

Aujourd’hui la mode est au minimalisme, ou au contraire à la grande fantaisie. Mais il ne faut oublier que l’objet d’une carte de visite est avant tout de transmettre nos coordonnées à ceux qui la reçoivent. On voit parfois des cartes très originales, certes, mais… illisibles ! Or cet aspect pratique est capital : une carte qui doit être tournée dans tous les sens pour avoir l’information, ou lue avec une loupe, se retrouvera vite au tri vertical !

Alors voici quelques conseils élémentaires pour disposer d’une carte de visite efficace, que vous la réalisiez vous-même ou avec un prestataire. Je dis ceci car certains graphistes par exemple privilégient trop le design ou l’originalité, au détriment de la lisibilité (donc de l’efficacité commerciale), sans parler de l’oubli éventuel d’informations importantes si vous ne leur demandez pas de les inclure.

C’est comme toujours un juste milieu entre le fond et la forme, le contenu et le graphisme (voire une forme originale).

LE GRAPHISME

Minimaliste ou pas, l’aspect esthétique d’une carte de visite est capital : il doit donner envie de la lire et de la conserver.

Ne vous contentez pas de noter le texte sur un simple carton blanc, ou de l’ajouter à un modèle existantCette solution n’est valable que pour des activités pour lesquelles la communication n’est vraiment pas importante : par exemple certains artisan, un professeur qui donne des cours particulier, un gîte ou chambre d’hôte. Quant à l’impression « maison », elle est à réserver à un public de particuliers. Le rendu non professionnel (avec le papier trop fin et l’impression de qualité très moyenne), n’est pas compatible avec le sérieux d’une entreprise, même pour un indépendant.

On peut certes se contenter d‘une carte Ooprint ou Vistaprint par exemple. Mais sachez que cette facilité a un coût et des limites : l’impression est vraiment chère comparée à un imprimeur traditionnel. Pour vous donner un exemple, récemment j’ai imprimé 1000 cartes de visite Offset pour le prix de… 100 sur une solution de ce type. Certes, vous économisez le graphisme, c’est rapide et simple : mais ce service se paye finalement cher et la personnalisation est très limitée, même niveau textes.

Alors faites attention au message envoyé avec ce type de support print, qui est : « je manque de moyens financiers » et / ou « je ne veux pas me donner du mal pour vous ». L’économie réalisée sur les cartes de visite… peut vite coûter cher au final. Car l’impression désagréable (même inconsciente) laissée sur vos contacts sera difficile à effacer : son impact est bien réel. De plus la plupart des gens reconnaîtront les designs de ces sites, quand il n’y a pas carrément leur logo à l’arrière des cartes, qui indique du gratuit ! Comment être crédible avec de tels supports ?

Il est donc préférable pour la plupart des entreprises d’avoir recours à une création sur mesure : réalisable à partir de 100 € voire moins, elle sera vite rentabilisée niveau impression. Par exemple j’ai payé 18 € TTC, livraison comprise, pour mes dernières 100 cartes de visite recto – verso, avec une impression de grande qualité. On peut ainsi disposer de 1000 cartes de visite avec impression Offset dès 40 € TTC !

carte de visite

Carte de visite minimaliste

Il va de soit qu’un graphisme personnalisé envoie un tout autre message que la carte de visite « cheap ». Soignez donc son apparence si votre entreprise a besoin d’une image convaincante.

LE SUPPORT

Aujourd’hui, il existe une grande variété de matières pour les cartes de visite : des papiers texturés, avec autocollants, vernis sélectif, mais aussi transparents, et même d’autres supports très originaux comme le bois, le carton, l’acier, etc… Pour un coût parfois modique, votre carte de visite prend une autre dimension.

Le toucher d’une carte de visite est essentiel d’après les études réalisées, comme pour tout support print : un papier trop fin sera perçu comme de moindre qualité et enverra un message du même type sur l’entreprise, peu propice à instaurer la confiance chez le contact. Il reliera souvent ceci à un manque de soins ou de moyens.

Alors choisissez au moins un papier 300 gr, et n’hésitez pas à vous permettre une fantaisie avec des coins arrondis ou un papier texturé. Pour les activités « tendance », on peut oser un papier transparent (cabinet d’architecte par exemple), ou la dorure pour le monde du luxe.

Bien entendu, il est recommandé d’opter pour un format pratique à conserver (à glisser dans un portefeuille par exemple). Si vous sortez des dimensions standards, certes ce sera original, mais vous prenez le risque que ce format empêche le contact de conserver la carte de visite. A moins de vraiment « réussir son coup » au point qu’il la conserve en décoration. Je pense par exemple à une carte de visite vue sur Internet, pliée et qui se monte pour former un piano, pour un piano bar. Néanmoins la carte ne sera conservée qu’un temps et peut vite disparaître lors du prochain ménage…

En format portrait ou paysage, recto seul ou recto / verso, la carte de visite standard sera préférable dans la plupart des cas. D’autant que le changement de format (voire un format sur mesure) entraîne de suite un surcoût important. C’est à réserver aux entreprises qui veulent vraiment marquer les esprits grâce à ce support.

Le papier (ou autre support) est la première perception (visuelle et tactile) de la personne qui reçoit la carte : ne le négligez pas.

LE TEXTE

Nous arrivons au principal : les informations, le texte.

Il faut rappeler que l’objet d’une carte de visite est avant tout de transmettre ses coordonnées. L’originalité ne doit pas nuire à cet objectif, ce qui est parfois le cas avec les « purs créatifs » : restez dans des polices et tailles qui sont si possible lisibles sans lunettes et sans effort particulier. De nos jours beaucoup de communications se font hors domicile ou lieu de travail grâce aux smartphones. Alors pensez à la personne qui veut vous joindre dans un train ou dans la rue en attendant le bus : elle doit pouvoir lire sans effort au moins le nom et numéro de téléphone.

Voici un exemple vu récemment, qui est à éviter : cette personne a voulu aller dans le côté ultra minimaliste et jouer beaucoup sur l’esthétique. Une carte avec une couleur en fond, et juste une bande blanche en hauteur sur la droite. Dans la partie gauche, des écritures minuscules pour la plupart et toutes serrées au centre et à droite de ce rectangle de couleur. Sur la partie droite blanche, des écritures toujours minuscules, et tournées à 90°. Résultat : on doit tourner la carte pour lire et prendre sa loupe. L’aspect général censé être « ultra tendance » fait vide et déséquilibré : il ne donne pas envie de lire ni de conserver la carte.

Une carte de visite doit donc être facile à lire : ça semble évident, mais je suis certaine que vous avez vu passer plein de cartes qui ne répondent pas à ce critère essentiel !

Il est recommandé  :

  • de choisir une police lisible, 2 ou 3 différentes maximum sur ce petit format (par exemple une plus originale pour le nom ou l’activité, et le reste avec une police plus basique comme Arial, très lisible et qui plaît à la majorité des gens)
  • d’adopter une taille de texte suffisante : chaque information doit pouvoir se lire facilement, même si certaines écritures doivent être plus petites que d’autres. Petit ne veut pas dire minuscule ! Hiérarchisez l’information avec une taille plus grosse pour les données importantes, plus petites pour les autres. On peut utiliser 3 tailles différentes ou plus pour bien séparer les blocs d’informations.
  • de mettre le minimum d’informations, pour qu’elles restent lisibles : une carte de visite n’est pas un CV. Ne conservez que l’essentiel et gardez le reste pour le dépliant, site web, etc…

Ce qui doit y figurer :

  • le logo bien sûr, et en bonne place, avec éventuellement un slogan (ou baseline)
  • le nom et prénom de la personne, avec sa fonction au besoin
  • la raison sociale et l’activité si elles ne sont pas déjà données par le logo ou s’il n’y en a pas
  • les coordonnées avec téléphone (fixe et portable au besoin), e-mail, mais aussi site Internet. Et au besoin : blog voire réseaux sociaux s’ils sont vraiment importants pour l’activité de l’entreprise  (ils peuvent être mis au verso). L’adresse postale est rarement utilisée, sauf si elle est vraiment utile, pour un commerce ou un praticien par exemple. Vous pouvez en revanche signaler la ville par exemple, si vous souhaitez indiquer clairement à vos contacts une proximité.

Les « plus » que vous pouvez introduire sur votre carte pour faire la différence :

  • l’appartenance à un réseau peut être mentionnée si elle est de nature à renforcer l’image et la crédibilité de l’entreprise
  • de même qu’une certification par exemple, qui peut être essentielle pour certaines activités
  • un QR code aidera vos contacts à conserver vos coordonnées dans leur téléphone portable. Ainsi même s’ils perdent ou jettent la carte de visite, vous resterez dans leur mémoire ! Pensez dans ce cas à de nouveaux outils tendance : la ForeverCard (carte de visite avec QR code renvoyant à une fiche en ligne modifiable à vie et sans supplément) et la MotionCard (même principe avec un lien vers une vidéo). Voir cet article pour précisions
  • vous pouvez ajouter une partie avec un autocollant sur la carte, très utile pour un réparateur informatique par exemple : son client va la coller directement sur sa machine ou dans son calepin

Pour finir, pensez à réaliser plusieurs cartes de visite au besoin pour divers publics. Si vos contacts sont de nature très différentes, il peut être préférable de leur transmettre des informations différentes aussi : opter pour plusieurs cartes de visite peut alors s’avérer nettement plus efficace pour les toucher.

N’oubliez pas qu’une carte de visite est un objet volatile, facile à perdre ou… à jeter. D’où l’utilité de soigner sa présentation pour encourager le récepteur à la conserver, mais aussi d’utiliser un QR code pour que les informations restent dans son téléphone portable. C’est aujourd’hui très simple à réaliser, gratuit en général, et très utile. Vous pouvez voir mon article à ce sujet ici.

carte de visite Renaud

Si vous avez besoin d’inspiration, vous pouvez consulter ces exemples très originaux :

https://www.marevueweb.com/inspiration-design-graphique/carte-de-visite/

https://www.journaldunet.com/management/vie-personnelle/cartes-de-visite-originales/

Sandra PEREZ – Harmony Com
Spécialiste en communication pour TPE

 

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
8 Comments
Mar 15, 2013
03:58
#1 Nathalie :

Je suis toujours étonnée par le contenu de tes articles, à la fois bien construits et complets. Bravo !

Mar 15, 2013
11:24

Merci Nathalie :-)
Bon week-end !

Fév 7, 2014
15:09
#3 Fabrice :

Hey celle-ci aussi est top Sandra comme carte de visite. Je remarque entre celle de Monsieur Patrick Diemer et celle-ci que vous aimez bien encadrer les logos. C’est pour qu’ils ressortent mieux sur la carte ?

Fév 7, 2014
16:20

On ne peut pas dire qu’ils sont encadrés. Sur celle pour NK Consulting, il n’y a qu’une bande (qui est un peu la marque graphique du site et qui devait y figurer) genre vague, qui passe un peu derrière, plutôt sur le haut. Mais ça dépend vraiment du logo et du contexte :-)

Trackbacks to this post. Merci pour le lien.
Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»