. Pourquoi la concurrence des autoentrepreneurs serait déloyale ?? -

Pourquoi la concurrence des autoentrepreneurs serait déloyale ??

Posted by Harmony Com 2 comments

Je ne vais pas revenir sur les évènements récents et les pigeons ;o)

J’aimerais néanmoins apporter ma modeste contribution au débat qui voudrait que les autoentrepreneurs fassent une concurrence déloyale aux entreprise ayant un autre statut (artisans, commerçants etc…).

Je vais partir d’histoires dont j’ai été témoin récemment : par exemple un voisin a eu des soucis dans sa maison qui ont demandé à faire appel à diverses entreprises, pour de menus travaux. Et bien le constat est effarant : la plupart des entreprises « normales » contactées n’ont même pas daigné rappeler ni se déplacer ! 1 ou 2 ont avancé des devis pharaoniques comparé à la prestation demandée (volontairement dissuasifs à mon avis, pour ne pas avoir à faire ces petits travaux), avec en plus des délais d’intervention longs.
Résultat : ce voisin a fait appel à des autoentrepreneurs qualifiés, qui se sont déplacés rapidement et ont réalisé le travail correctement pour un tarif raisonnable. Ca vous rappelle des souvenirs certainement ;o)

Que nous apprend cet exemple ?

Il est évident qu’un autoentrepreneur est plus souple et réactif en général qu’une entreprise avec X employés. Mais aussi :
– il ne peut dépasser un seuil de CA modeste, ne risquant pas de faire fortune avec ce statut ni de prendre beaucoup de travail
– il n’a que 2 bras, et ne peut de fait prendre les mêmes types et charges de travail qu’une entreprise avec salariés
– son statut le met à portée de gens modestes, qui ne pourraient faire appel à un autre professionnel sinon

Alors à l’heure de la crise où beaucoup de ménages peinent à joindre les 2 bouts, où des retraités ont à peine de quoi survivre, il est évident que ce statut permet de fournir un minimum de service à des personnes qui ne pourraient pas y accéder autrement. Soyons réalistes : au vu des charges demandées pour les statuts normaux, surtout si l’on a des employés, certains menus travaux ne valent pas le déplacement, on le comprend bien. Et en effet, personne ne veut les réaliser, ou à des prix exorbitants.

Il faut aussi considérer que ce statut :
– concerne à 70% des personnes déjà salariées, qui payent donc leurs charges, impôts etc…, et ont ainsi un temps limité à consacrer à leur entreprise. De plus elles ne travaillent plus au noir, donc elles payent aussi des charges pour leur activité d’autoentrepreneur qui profitent à tout le monde, voire font travailler d’autres personnes (car les autoentrepreneurs travaillent souvent en réseau pour des activités complémentaires)
– est souvent une rampe de lancement pour tester une activité, ou un palliatif à une période de chômage, mais non une fin en soi
– est un excellent moyen pour les personnes refoulées par la majorité des entreprises, de se mettre (ou remettre) un pied à l’étrier : les jeunes, femmes avec enfants et seniors en tête

Un statut adapté à la crise

Je constate donc depuis l’existence de ce statut que dans bien des cas, il ne fait que répondre à un besoin que les autres entreprises ne peuvent ou veulent pas satisfaire. Sans parler du recours à ces entreprises pour compléter ou finaliser un travail, amorcé par un autoentrepreneur !

Dans un pays en crise profonde, ce statut me semble une véritable opportunité pour créer son emploi, rester au contact du monde du travail et trouver ou garder une certaine place dans notre société. Quant à la concurrence déloyale évoquée, il suffit que les entreprises concernées proposent les bonnes prestations aux bonnes personnes, pour éviter ce problème : chacun aura sa clientèle et pourra même travailler de concert !

Je suis donc convaincue qu’il y a de la place pour tout le monde si les mentalités s’adaptent, et la façon de fonctionner aussi. Chacun peut proposer des prestations que l’autre ne peut offrir, alors pourquoi se tirer dans les pattes au lieu de coopérer ?

Ce statut est LE maillon manquant dans l’entreprenariat français, et peut apporter beaucoup à des gens des 2 côtés de la barrière (entrepreneurs et clients), mais souvent dans la même situation : à savoir peu de moyens financiers. Il serait temps de ne plus laisser de côté cette population, et de s’adapter à la situation actuelle (qui n’est pas prête de s’arranger visiblement).

Alors certes, il y a une extrême minorité de cas de concurrence déloyale, mais n’est-ce pas le cas aussi sur d’autres critères entre entreprises « normales » ?

Au plaisir de lire vos commentaires,
Sandra PEREZ – Harmony Com
Votre spécialiste en communication pour TPE

 

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
2 Comments
Oct 8, 2012
12:37

Je partage parfaitement cette vision de l’autoentrepreneur. Même constat sur sa place dans la société et son avantage pour la collectivité.

Oct 8, 2012
18:24

Ravie de l’entendre (enfin de le lire ;o)
Merci du commentaire et bonne continuation,
Sandra

Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»