. Petit lexique des mots anglais utiles en webmarketing -

Petit lexique des mots anglais utiles en webmarketing

Posted by Harmony Com 5 comments

Article mis à jour en octobre 2017

J’avoue que je sature de voir beaucoup de personnes utiliser des mots anglais à la chaîne, quand des mots français équivalents existent. Ca en jette, mais ça énerve surtout !

Parfois on ne peut pas faire autrement, car il faudrait plusieurs mots en français ou c’est moche (par exemple : mercatique). Comme vous avez pu le remarquer, j’aime parler français et simplement autant que possible.

Mais comme on voit fleurir partout ces mots, et que vous les croiserez forcément dans des articles, alors voici un petit décodage.

lexique webmarketing

Authorship (n’existe plus)

Je laisse néanmoins l’explication, car vous pouvez encore croiser ce terme.

Il faut reconnaître qu’il n’y a pas vraiment d’équivalent français. Il s’agit d’une technique mise en place par Google pour regrouper le contenu publié par un auteur, grâce une balise spécifique.

Cette balise est importante pour remonter dans les résultats de recherche, et disposer notamment de la petite photo qui s’affiche à côté du résultat. Et comme Google prend à présent en compte les publication de son réseau social Google Plus, c’est encore plus intéressant :

authorship Google

C’est un peu délicat à mettre en place, alors sachez qu’il existe un plugin qui s’en charge pour WordPress (Google Author). Sinon il faudra mettre les mains dans le cambouis ;o)

Call to action (CTA)

Et pourquoi pas appel à l’action ?

Il s’agit de créer un bouton ou formulaire qui va pousser l’internaute à l’action : souvent pour s’abonner, contacter l’entreprise ou acheter.

Ces boîtes peuvent être mises dans des pop-up (petite fenêtre qui s’affichent par dessus une page Internet). Vous avez certainement été énervé(e) par ces outils, qui vous demandent à chaque fois de vous inscrire à un site ou blog, alors que vous venez d’arriver ! Souvent, en proposant un contenu inédit : mini guide, livre blanc…

Source : http://www.emarketinglicious.fr/

Source : http://www.emarketinglicious.fr/

Webmarketing

La mercatique Internet, c’est pas terrible…

Le webmarketing regroupe les techniques commerciales appliquées à Internet : référencement, publicité, e-mailing, etc…

Content marketing

Je préfère marketing de contenu, non mais…

Il s’agit d’un grand courant commercial qui consiste à créer et diffuser un contenu de qualité, pour drainer le client potentiel vers l’entreprise, plutôt que d’aller le chercher (notamment par la publicité).

On va essayer de répondre à ses besoins d’informations, ses questions ou problèmes, en lui apportant un contenu de qualité. L’entreprise peut utiliser son blog, des forums, des vidéos, les réseaux sociaux, etc…

Il s’agit de familiariser l’internaute avec la marque, de la rendre sympathique, et de le fidéliser à travers ce contenu pertinent. C’est aussi pour l’entreprise le moyen :

  • d’accroître sa crédibilité en montrant son expertise
  • d’améliorer son image de marque

Landing page

Ce n’est pas vraiment une page d’accueil, nous n’avons pas d’équivalent sympathique. Il s’agit d’une page spécifique où l’internaute va atterrir, par exemple suite à un clic sur bannière, publicité ou e-mail.

C’est une page qui peut être celle d’un site ou blog, une page réalisée pour Facebook (par exemple pour un concours), ou une page réalisée dans un but précis (par exemple avec un code promo, pour un évènement…).

Cette landing page est particulièrement importante quand on organise un concours ou dans un e-mailing : il vaut mieux envoyer directement le lecteur sur l’information en question, plutôt que sur l’accueil du site ou blog. Cette page comprend généralement un formulaire pour capter les mails et /ou un appel à l’action.

landing page

Source : https://www.facebook.com/laredoute/app_370428496394009

SEO (Search Engine Optimization), SERP (Search Engine Results Page) et SEA (Search Engine Advertising)

Les résultats de recherche seraient largement compréhensibles, plutôt que SERP. Il s’agit de la page qui affiche les résultats d’une recherche, sur Google par exemple.

Pour être référencé, on utilise des techniques d’optimisation (SEO) ou de la publicité payante (SEA) de type Google Adwords. Celle-ci permet d’afficher des résultats commerciaux en haut et à droite des recherches sur Google. Il existe d’autres outils pour d’autres moteurs de recherche, mais celui de Google est bien sûr le plus connu et utilisé.

Vous pouvez voir ici mon article avec des conseils pour optimiser simplement son référencement.

SMO (Social Media Optimization)

L’optimisation des médias sociaux est long à écrire ou donnerait OMS, sigle déjà utilisé pour la célèbre organisation de santé. Mais on pourrait parler de référencement social.

Il s’agit d’optimiser sa présence sur les médias sociaux (réseaux sociaux, forums, flux RSS…), en vue d’être mieux référencé. Il s’agit notamment d’utiliser les mots et expressions clés choisis par l’entreprise pour ces divers outils, de façon à faire un effet « boule de neige » qui va renforcer le référencement du site et du blog, rendre l’entreprise plus visible. C’est donc un complément au SEO.

Il ne faut pas oublier que souvent, on trouve une personne ou entreprise d’abord via ses profils de réseaux sociaux : essayez ! D’où l’intérêt de soigner sa présence sur les médias sociaux.

Vous trouverez mon article pour un SMO efficace ici.

Hashtags

Le mot-dièse ou mot-clic (oui c’est pas terrible) est un mot clé précédé du signe #, qui permet une recherche plus efficace sur les réseaux sociaux qui l’utilisent (dont Twitter qui l’a lancé, Facebook, Google Plus ou Pinterest). En anglais c’est explicite : hash = dièse, tag = mot clé.

On préfère tout coller et ne pas utiliser de signes. Il faut choisir des mots qui vont vraiment parler au lecteur : par exemple #communication, #cuisine, #socialmedia…

Il est aussi devenu à la mode d’utiliser un hashtag pour notifier son humeur ou mentionner une situation, souvent avec humour.

Vous trouverez ici un article pour savoir pourquoi le hashtag est (aussi) utile pour les TPE et comment l’utiliser.

Personal branding

Il s’agit de développer une image de marque personnelle, comme une marque d’entreprise.

C’est à dire de travailler son image et sa réputation (en ligne principalement) pour supporter son activité personnelle, ou trouver un emploi. J’ai écrit un article à ce sujet ici.

Inbound marketing

En français on parlerait de marketing entrant, mais ça ne rend pas vraiment compte de l’idée développée par le terme anglais.

Il s’agit de développer une stratégie basée sur le contenu, visant à attirer le client potentiel à soi, au lieu d’aller le chercher comme avec le marketing traditionnel (par la publicité ou prospection notamment). C’est très à la mode car ce type de marketing correspond à l’évolution de la société : plus d’information, des preuves, une plus grande attention à la réputation de l’entreprise. C’est une technique plus respectueuse, moins agressive que le marketing traditionnel.

Concrètement, on va semer des graines sur Internet pour être visible et de façon valorisante. Principalement via son site, un blog ou les réseaux sociaux. On va essayer de donner envie au visiteur de venir sur le site ou de contacter l’entreprise.

C’est une approche plus lente et plus qualitative, où l’on va d’abord essayer de capter l’attention du prospect, puis l’intéresser, nouer un contact, avant d’essayer de vendre quelque chose.

Vous pouvez lire ici pourquoi l’inbound marketing est aussi utile pour une TPE.

Lead / lead nurturing

Il ne faut pas pousser pour « lead » : on pourrait parler de simple contact (commercial).

On entend souvent par là un contact généré suite à une action commerciale en ligne : par exemple un e-mail ou un message privé sur un réseau, avec un client potentiel. Il s’agit du premier contact entre un inconnu et la marque, avant qu’il devienne prospect.

Le travail de marketing en ligne est censé nourrir (nurturing) une base de prospects, pour les transformer en clients.

Le lead nurturing (nurserie de prospects) ne fait que reprendre un ancien concept, qui vise tout simplement à « travailler » le prospect de diverses façons dans le temps, pour l’emmener à devenir un client. On va conserver son intérêt éveillé, notamment à travers des newsletters ou les réseaux sociaux.

On construit ainsi une relation de qualité, censée déboucher sur l’acte d’achat.

Vous trouverez ici mon article pour capter des mails qualifiés grâce à du contenu gratuit, et pratiquer ainsi le lead nurturing simplement.

Opt-in

Il s’agit d’un accord préalable donné pour recevoir un e-mail, une newsletter notamment.

En France il faut respecter la loi en la matière :

  • on est censé recueillir l’accord d’un particulier avant de lui envoyer un e-mail commercial. Ce qui, comme chacun le sait, n’est pas du tout respecté ! On parle alors de spam si les envois sont répétés
  • pour un professionnel, il est possible de lui envoyer un e-mail seulement si son objet est lié à son activité (par exemple, un logiciel de comptabilité pour un comptable). Consultez le site de la CNIL pour en savoir plus
opt-in

Il est important d’obtenir l’accord avant d’envoyer des e-mails, et de respecter le contenu demandé par l’abonné

Reach

Ici il existe un terme français tout à fait adéquat : la portée.

On parle souvent de la baisse de reach sur Facebook, c’est à dire la baisse de portée (ou visibilité) des publications. Ce qui signifie que seulement un certain pourcentage de fans vont recevoir les publications de la page (actuellement, 2 à 4 % en général !). 

Community manager (CM)

Il s’agit d’un professionnel des médias sociaux, gestionnaire de communauté, qui va gérer pour une entreprise ses comptes de réseaux sociaux, voire son blog.

Il y a une partie technique liée aux outils utilisés, une partie rédactionnelle capitale, mais surtout, une partie humaine pour animer la communauté.

C’est un travail qui demande beaucoup plus de compétences qu’il n’y paraît. Il faut notamment rester calme et courtois en toutes circonstances, écrire parfaitement, savoir créer de l’engagement (partage, like, commentaire…), utiliser des outils de statistiques voire d’automatisation (auto-répondeurs, etc…), configurer parfaitement les comptes, se tenir au courant des modifications (fréquentes) des réseaux sociaux, créer un contenu pertinent pour l’entreprise, etc…

Netklinking

On pourrait parler tout simplement d’échange de liens.

Il s’agit d’échanger des liens avec des sites soigneusement sélectionnés, en rapport avec l’activité de l’entreprise mais non concurrents, pour accroître sa visibilité sur Internet.

Ceci parce que pour Google, le nombre de liens de qualité pointant vers un site reflète sa qualité, puisque des sites ont souhaité le mettre en avant et poser ce lien. La qualité de ces liens est aujourd’hui très contrôlée au vu des abus du passé, avec des échanges nombreux et sans fondement.

Social selling

Un terme qui m’énerve un peu à vrai dire, vous pouvez voir mon article à ce sujet ici...

Dans les faits, il s’agit de vendre sur les réseaux sociaux bien sûr. Ce qui existe depuis leur création ! Seulement maintenant, on parle de techniques spécifiques et on a inventé ce mot, social selling, qui rend l’action plus crédible et pro.

Mais si vous lisez les conseils donnés, vous vous rendrez compte que ce sont ceux qui sont distillés depuis des années. Y compris sur ce blog, où vous trouvez un guide gratuit (sans spam !) et un dossier complet sur les réseaux sociaux, en libre accès.

Tag

C’est une étiquette, un mot clé que l’on met pour annoter un contact par exemple, une publication sur les réseaux sociaux, ou un article de blog.

Cette étiquette facilitera ensuite les recherches sur ces mots clés pour l’utilisateur. Par exemple, « webmaster », « Twitter », etc…

Tag de contacts sur Viadeo

Tag de contacts sur Viadeo

Webinar

Il s’agit tout simplement d’un séminaire en ligne, sur un sujet déterminé (en français, webinaire ou atelier conférence en ligne).

 

Voilà, vous êtes « aware » !

Sandra PEREZ – Harmony Com
Spécialiste en communication pour TPE

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
5 Comments
Mai 8, 2014
10:31
#1 Brigitte :

Bonjour Sandra,
Votre article m’a fait sourire, étant bilingue! C’est vrai que certains mots en anglais n’ont pas l’équivalent en français, ;)

Mai 9, 2014
12:16

Oui, j’essaye d’éviter le jargon du métier, mais il faut reconnaître que parfois, il faut causer english si on veut tout simplement être compris ;o)
Merci pour votre commentaire Brigitte et à bientôt :-)

Mai 9, 2014
13:10
#3 Dico :

Belle initiative ! Voilà quelques années que nous nous sommes également attelé à cette noble tâche ici : http://www.dictionnaireduweb.com/glossaire-webmarketing/

Plus le vocabulaire du web sera maitrisé, plus la culture numérique fera son chemin en France.

Mai 9, 2014
18:47

Merci. Je n’ai pas vos ambitions je vous rassure ;o)
C’est juste des mots qui peuvent être utiles aux lecteurs de ce blog, soit des TPE aux besoins modestes en général.
Au plaisir de vous revoir sur le blog :-)

Trackbacks to this post. Merci pour le lien.
Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»