. Interview : Pierre Maurin, co-auteur du livre "La communication commerciale en clair" -

Interview : Pierre Maurin, co-auteur du livre « La communication commerciale en clair »

Posted by Harmony Com 1 comments

Aujourd’hui je vous présente Pierre Maurin, qui m’a embarquée dans son projet de livre, co-écrit avec lui (voir ici). Une première pour moi, mais pas pour lui : il s’agit de son 12ème ouvrage !

Contrôleur de gestion, il écrit également des articles pour l’AFNOR Bivi et a créé la méthode ROCS (gestion). Il a aussi mis en place un réseau d’experts il y a quelques années, que j’ai eu le plaisir de rejoindre : le Réseau Expertises Complémentaires.

Il a su adapter ses écrits et sa communication à un public de PME et TPE principalement, d’où cet interview. Je le remercie au passage pour cette formidable opportunité d’avoir pu participer à l’écriture d’un tel ouvrage ! Pour rappel, il s’agit de La communication commerciale en clair, aux éditions Ellipses (paru en juillet).

Pierre Maurin

Pierre Maurin, Pm Conseils

Dis-nous un peu qui tu es, quel est ton parcours professionnel :

Je suis Pierre Maurin, consultant-formateur en gestion financière depuis septembre 2004 auprès des TPE et PME françaises et européennes. Depuis 2005, je suis aussi auteur d’ouvrages pratiques et d’articles sur les principales problématiques de la gestion d’une TPE ou PME : plan d’affaires, calcul des coûts de revient, tableau de bord, gestion de trésorerie, gestion des impayés clients, contrôle de gestion, recherche de financements…

En ce qui concerne mon parcours professionnel, avant de devenir consultant-formateur, j’ai exercé en tant que salarié les métiers de comptable (en cabinet d’expertises-comptable et en entreprise), de contrôleur de gestion et de responsable financier dans dix entreprises de grandes, moyennes et petites tailles, dans différents secteurs d’activité : expertise-comptable, chambre consulaire, banque, BTP, organisme public du ministère de la défense, édition de logiciels de gestion, aéronautique, téléphonie mobile, édition littéraire et professionnelle.

Pourquoi avoir choisi de te mettre à ton compte ?

Parce que c’était en définitive la seule manière d’aider les petites et très petites entreprises en gestion financière, car ces dernières ont de moins en moins les moyens financiers d’embaucher un contrôleur de gestion, même à temps partiel. C’était donc une autre manière d’exercer mon métier de contrôleur de gestion, notamment dans les secteur de l’industrie et de l’artisanat.

Comment as-tu trouvé tes premiers clients ?

Essentiellement par l’intermédiaire de mon réseau professionnel et le principe du « bouche à oreilles ». Car mon métier porte sur des problématiques que la majeure partie des dirigeants de TPE et PME préfère garder confidentielles…

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées avant et après création ?

Avant de démarrer, le plus difficile a été de réaliser une étude de marché régionale. Cela n’a pas été chose facile, notamment pour les raisons que j’évoquais précédemment, ainsi que par le fait que je venais d’arriver dans une région que je ne connaissais pas. J’ai dû donc attendre trois ans avant de commencer vraiment à être « accepté » dans les principaux réseaux professionnels régionaux.

La communication commerciale en clair

La communication commerciale en clair, éditions Ellipses

Comment en es-tu venu à écrire 12 ouvrages ? Que retires-tu de cette expérience ?

Courant 2005, cinq dirigeants de petites entreprises m’ont fait remarquer que beaucoup de leurs confrères avaient une préférence pour l’auto-formation, par l’intermédiaire de petits livres pratiques, du type « mémento », et qu’ils éprouvaient de plus en plus mal à en trouver sur la gestion financière d’une petite entreprise. Ils m’ont donc fortement incité à écrire un premier livre, en me proposant un cahier des charges précis et exigeant. Et comme le 1er n’a pas trop mal marché, malgré de nombreuses péripéties et obstacles, j’ai poursuivi avec 11 autres ouvrages, tous conçus de la même manière, en respectant le cahier des charges initial.

Le principal enseignement que j’ai retiré de cette expérience difficile et fastidieuse, c’est la nécessité de faire un maximum d’effort pour se mettre à la place du lecteur, afin de rendre les explications et les exemples les plus intelligibles possibles… ce qui est loin d’être simple ! Mais c’est la meilleur manière – à mon sens – pour contribuer à sensibiliser un maximum de TPE, PME, associations et créateurs ou repreneurs d’entreprise sur l’importance des bonnes pratiques de gestion, et la nécessité de ne pas confondre la comptabilité et la gestion administrative de son entreprise, avec sa gestion financière et commerciale.

Comment vois-tu l’avenir pour ton entreprise, as-tu d’autres projets ?

Difficile à dire, car ma région est assez « mal en point » au niveau économique : les entreprises qui font faillite sont de plus en plus nombreuses depuis 2009, surtout dans les secteurs de l’industrie et de l’artisanat. Je suis donc en train d’étudier la possibilité de changer de région au cours de l’année prochaine, en privilégiant celle dont le dynamisme industriel et artisanal est encore significatif, comme par exemple l’Alsace et la Franche-Comté…

Parle-nous un peu de ton réseau :

Le réseau Expertises Complémentaires est né en mars 2005, suite à une remarque pertinente de l’un de mes collègues : pour réussir dans ce métier, il ne faut pas rester seul et savoir s’entourer de professionnels sérieux, compétents et honnêtes, afin de pouvoir notamment proposer une aide plus large et diversifiée aux TPE et PME. Car lorsqu’un dirigeant de petite entreprise est satisfait de la qualité de votre travail, il vous demande très souvent si vous connaissez un autre professionnel spécialisé dans un domaine différent du vôtre. Or il est plus intéressant et constructif de pouvoir lui répondre par la positive… d’où la création de ce réseau, dont les 14 membres actuels ont des compétences et des expertises différentes, mais complémentaires par rapport à différentes problématiques rencontrées par les TPE et PME. Cela nous permet ainsi d’être plus visibles des clients potentiels et de trouver plus facilement de nouvelles compétences rares et des clients sérieux.

Réseau Expertises Complémentaires

Réseau Expertises Complémentaires

Quels conseils donnerais-tu à ceux et celles qui veulent se lancer dans la création d’entreprise ?

Le conseil qui me paraît le plus important est de ne pas « foncer tête baissée » – comme le font encore trop souvent une majorité de créateurs d’entreprise que je rencontre régulièrement – sous prétexte que l’on a une bonne idée. La première étape est de s’assurer que cette idée correspond réellement à un besoin non satisfait ou incorrectement satisfait pour une quantité de clients potentiels significative. En d’autres termes, qu’il existe un marché avec un potentiel de développement réel. C’est donc pour cela que la réalisation d’une véritable étude de marché nationale, régionale et/ou locale doit être réalisée avant toute création. C’est la première étape de tout bon plan d’affaires (ou business plan).

Merci à Pierre pour cet échange, n’hésitez pas à lui poser des questions !

Il vous donne aussi ici d’excellents conseils pour écrire et promouvoir un livre professionnel.

Visitez son site

Le site du Réseau Expertises Complémentaires

 

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
1 Comments
Trackbacks to this post. Merci pour le lien.
Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»