. Etude de cas réel : comment louper sa carte de visite -

Etude de cas réel : comment louper sa carte de visite

Posted by Harmony Com 0 comments

Ce matin, j’ai trouvé dans ma boîte aux lettres une carte de visite qui m’a laissée perplexe, tant elle regroupe bon nombre d’erreurs à ne pas commettre ! Alors je me suis dit qu’elle ferait un excellent cas pratique.

Il va de soit que je ne peux la montrer, alors j’ai reproduit le contenu globalement ci-dessous. Heureusement pour cette entreprise, elle est dans un domaine où l’image n’est pas capitale (le bâtiment) !

Cette carte de visite, recto verso, est imprimée sur un papier blanc de 250 gr (un peu fin pour une carte, ce qui me confirme l’impression maison) :

Carte de visite

carte de visite loupée

Verso

Je dois dire que la capture de site au verso, c’est une première !

Impression immédiate : du « fait maison ».

Analyse du recto

  • le logo reprend une figure emblématique d’un organisme d’Etat local (couleurs comprises), et risque de leur attirer de sérieux ennuis
  • je ne l’ai pas fait figurer, mais autour il y a comme des rayons de soleil, dont on se demande vraiment ce qu’ils font là. Le logo ne rappelle en rien l’activité, et ferait plutôt penser à une structure de tourisme ou à une collectivité
  • à droite du logo, le nom de l’entreprise est repris en vert au lieu du blanc du logo, et avec une police différente (ce qui se voit encore plus)
  • dessous, du texte centré juste en haut (avec un point à la fin de la mention de l’activité), le reste dessous aligné à gauche
  • plusieurs bleus différents du logo, et du noir qui n’a rien à faire là
  • du gras, du pas gras, plusieurs polices
  • des tailles illogiques, comme le téléphone en tout petit, et la ville en très gros
  • un numéro de portable uniquement (pas de fixe)
  • et pour finir, un e-mail non professionnel, bleu violet

Résultat :

Des écritures en un bloc, sans un saut de ligne, mal réparties, de diverses tailles et couleurs : c’est moche et ça ne donne vraiment pas envie de lire ! Ca fait carte de visite bâclée.

Impressions inconscientes dégagées :

  • Et s’ils font pareil (bâcler le travail) quand ils travailleront pour moi ?
  • S’ils ont aussi mauvais goût, vais-je leur confier ma maison ?

Je retourne courageusement la carte de visite… Pour découvrir un verso encore pire !

Analyse du verso

Rappel :

Je suis interpellée par la différence de couleurs du site web, en me demandant ce que cette capture d’écran fait là. D’autant que cerise sur le gâteau : l’adresse du site n’est jamais donnée !

L’écriture en haut ne va avec rien : une couleur chaude terrienne, au milieu de couleurs froides (vert, bleu et un peu de noir).

La notion de devis gratuit est déjà peu intéressante (puisque commune à tout le monde), mais en plus, elle est minuscule et en italique. A la limite du lisible, même pour moi qui ai une excellente vue.

Résultat :

Un verso inutile, qui ne fait que renforcer la mauvaise impression.

Impressions inconscientes dégagées (en plus des précédentes) :

  • Cette entreprise sait-elle vraiment gérer les priorités, ce qui est utile ou non ?
  • Se soucie-t-elle vraiment du client (que ce soit lisible, agréable à regarder, et par extension, pour les travaux) ?

L’impression globale est un manque total de soin et de bon goût, ce qui peut vraiment inquiéter pour une entreprise du bâtiment. Autrement dit, une entreprise qui va construire ou rénover votre maison, bien précieux pour n’importe qui.

Là, en tant que client potentiel, je me dis que si je souhaite des conseils pour les matériaux, l’agencement, etc… : j’irai voir ailleurs !

Je peux aussi me demander s’ils sont vraiment sérieux et réalisent leur travail avec soin, vu le manque d’engagement total sur cette carte de visite, objet essentiel de communication (surtout en local).

Correction

Le logo serait à changer : il ne convient vraiment pas à l’activité.

J’ai fait une petite ébauche pour visualiser les corrections.

carte de visite corrigée

Le recto :

  • travailler un fond qui permette de conserver le nom en blanc, comme sur le logo, et avec la même police (ce rappel étant inutile, vu la taille du logo, qui prend tout l’espace gauche)
  • n’utiliser que les 3 couleurs du logo : le même vert, bleu et blanc
  • 2 polices, 3 gros maximum, à distribuer utilement : une police claire et très lisible pour les informations de contact, une police qui peut être plus travaillée pour faire ressortir une information (par exemple, l’activité ou un plus commercial)
  • hiérarchiser les tailles de police, selon l’importance de l’information (elles doivent guider l’oeil du lecteur du plus important au moins important)
  • aérer le texte pour réaliser des blocs logiques d’informations, comme l’adresse, puis les téléphones et mail, bien séparés du nom et de l’activité
  • travailler l’alignement : si on centre en haut le nom et l’activité, pas de point (ce n’est pas une phrase). Et on sépare nettement le reste, aligné à gauche (à vérifier si centré n’aurait pas été mieux). On ajuste le tout sans laisser ce gros espace vide à droite (probablement dû à une imprimante personnelle). L’aspect déséquilibré du recto (car mal centré) est désagréable au premier coup d’oeil

carte de visite corrigée

Le verso :

La capture du site Internet aurait été (moyennement) intéressante :

  • si elle avait été en accord avec le reste niveau couleurs (pour renforcer l’identité de l’entreprise et son aspect sérieux)
  • si l’adresse du site était clairement donnée (!)

Le nom du gérant devrait normalement apparaître au recto, parmi les premières informations.

La mention du devis est sans réel intérêt, surtout sans rappel d’un numéro de téléphone très lisible avec un appel à l’action, du type « contactez-nous ».

Le verso aurait été plus profitable pour :

  • mieux répartir l’information, trop chargée au recto (par exemple, en y mettant l’e-mail et le site Internet bien lisibles, si le site est important pour l’entreprise)
  • ajouter un QR code, qui aurait permis au client potentiel de flasher les coordonnées sur son smartphone pour ne pas les perdre, quitte à jeter (ou perdre) la carte ensuite

Conclusion

Ils se sont pourtant donnés la peine de venir la mettre dans ma boîte aux lettres : beaucoup de temps et d’encre pour probablement, pas grands résultats. Car des concurrents présentent les mêmes prestations régulièrement, avec des supports agréables, qui donnent davantage confiance.

Vais-je conserver leur carte ? Non. Ai-je envie de faire appel à eux plutôt qu’aux concurrents ? Non plus.

L’économie d’avoir réalisé la carte de visite « maison », va coûter cher à l’entreprise en clients perdus.

Ne croyez pas que les autres personnes vont réagir autrement : ils ne pourront pas détailler comme moi puisque c’est mon métier, mais la mauvaise impression sera là !

Soignez vos supports papiers, même si vous avez une activité locale : c’est souvent le premier contact avec votre client potentiel. Mais aussi, ce qui le décidera ou non à conserver le support en question. Plus une carte de visite est agréable ou originale, plus elle a de chance :

  • de séduire (donc d’être mémorisée)
  • d’être conservée

Pour savoir comment réaliser une carte de visite efficace, je vous invite à lire cet article.

Sandra PEREZ – Harmony Com
Spécialiste en communication pour TPE

 

 

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»