. Ces entrepreneurs qui réussissent sans logo -

Ces entrepreneurs qui réussissent sans logo

Posted by Harmony Com 0 comments

Oui vous avez bien lu : depuis quelques temps j’ai remarqué des entrepreneurs qui ont du succès, sans avoir de logo. Et il me semblait intéressant d’en parler, dans le monde de la communication où le logo est jugé indispensable.

Olivier Lambert, le « petit jeune canadien » dont je vous ai déjà parlé, fait partie de ces entrepreneurs. Il est pourtant devenu LA référence canadienne en webmarketing ! Il avait d’ailleurs expliqué son choix de ne pas créer de logo dans un article, ce qui avait éveillé ma curiosité.

Bien sûr, il ne s’agit pas de dire « à bas le logo«  ! Juste de remarquer que dans certains cas, ce n’est pas une nécessité, surtout pour démarrer.

réussir sans logo

Le « no logo » : pourquoi, pour qui ?

Soyons clairs de suite : il s’agit en général d‘indépendants, et principalement dans le domaine du marketing / webmarketing / social média. Mais je trouve la réflexion intéressante à vous soumettre.

Le principe est d’utiliser son nom, tout simplement (notamment au Canada ou aux USA). Les avantages :

  • pas de soucis de dépôt / bataille de marque
  • domaine généralement disponible ou facile à trouver
  • une mémorisation de « qui » est derrière l’entreprise
  • une marque plus incarnée, un côté plus personnel qui crée du lien
  • la possibilité à terme de créer plusieurs entreprises ou projets, en les reliant facilement grâce au nom, donc à la personne créatrice

C’est ce que j’ai conseillé à des clients ou contacts qui manquaient de moyens pour se lancer ou n’arrivaient pas à trouver « the » idée de nom. Parce que franchement, c’est souvent une prise de tête ! Et il est de plus en plus difficile de trouver des noms libres côté INPI.

Alors utiliser son nom peut être vraiment intéressant pour se lancer rapidement, en faisant quelques économies au passage. Mais aussi pour se passer du fameux logo, ou pour en créer un très simple (avec juste un travail de typo) sur la base du nom. Ce qui n’empêche pas d’évoluer ensuite vers une marque commerciale et d’utiliser le logo, comme l’a fait Kim Auclair avec Niviti (aussi canadienne et largement plébiscitée). Mais son site personnel reste des plus minimalistes :

kim auclair

Quant à Kim Garst, référence américaine du social média, elle joue sur les 2 tableaux aussi avec un site à son nom (http://kimgarst.com/), et Boom Social, une structure créée avec un partenaire. Elle a malgré tout une charte graphique bien définie pour son site personnel, avec un petit travail graphique sur son nom :

kim garst

L’utilisation de son nom sans logo peut donc être très utile pour démarrer et créer du lien. Surtout si vous avez dans l’idée de développer ensuite plusieurs projets ou structures, dont vous serez le point central. Les gens vous connaîtront sur votre nom, et vous suivront plus facilement d’un projet à l’autre sans s’y perdre. D’ailleurs les canadiens, plus à l’aise avec le tutoiement, vont même jusqu’à l’utiliser à titre professionnel, comme Olivier Lambert. C’est là aussi un véritable choix commercial, à faire en connaissance de cause car moins bien vu en France (voir ici).

olivier lambert

Attention néanmoins aux problèmes juridiques qui peuvent découler de l’utilisation de son nom pour créer une marque, notamment en cas de départ de l’entreprise qui l’utilise (le cas Inès de la Fressange par exemple). A cadrer très sérieusement dès le départ dans les conditions d’utilisation du nom. Vous pouvez voir cet excellent article pour précisions.

Un « logo » qui est seulement un nom de marque (non travaillé)

En France nous sommes encore relativement « coincés » avec cette idée de devoir absolument prendre un nom commercial et de créer un logo. Alors voici une autre solution intéressante et qui n’empêche visiblement pas de cartonner : le logo qui n’en est pas vraiment un. Comprenez : un nom de marque écrit d’une certaine couleur, avec à la rigueur une police définie, et c’est tout. Pas de « chichis », de représentation graphique, pas même un travail typographique…

Voici 2 exemples français :

Rudy Viard avec son site Webmarketing Conseil, au look très sommaire. Il a basé son succès sur un solide contenu de grande qualité, qui lui a valu de se hisser en 2 ans parmi les webmarketeurs reconnus. Vous pouvez d’ailleurs voir quelques références clients non négligeables sur l’image.

La charte graphique est pourtant sommaire et classiquement masculine : noir, gris, rouge, bleu. 

webmarketing conseil rudy viard

Voici un autre site qui marche très bien : ConseilsMarketing, géré par Frédéric Canevet.

Même démarche : un nom simple, pas vraiment de logo, juste le nom blanc écrit sur fond rouge et noir avec une police simple (la charte graphique du site est basée sur ces couleurs). Et toujours du contenu de qualité qui en fait un blog marketing apprécié. Simple mais efficace aussi.

conseils marketing

Sans parler de la référence française des médias sociaux, Isabelle Mathieu. Elle a choisi une charte graphique un peu plus soignée, mais le site reste minimaliste. Elle a ensuite développé à part son fameux blog sur le nom Emarketinglicious, qui n’a pas davantage de logo (écrit en noir sans travail typographique), mais une charte graphique similaire (noir et une sorte de bleu turquoise).

isabelle mathieu

Quant à Clément Pellerin, il a choisi un nom basé sur son patronyme, avec simplement le mot « formation » ajouté : Pellerin Formation. Sa charte graphique est aussi très simple (noir et bleu), avec un logo qui n’en est pas vraiment un. Et il est devenu un acteur reconnu dans les formations social média.

pellerin formation

Comme vous l’aurez compris, ce qui compte surtout, c’est ce que vous proposez sur le fond, pas sur la forme.

Ces entrepreneurs ont en commun ces éléments :

  • ils misent sur du contenu à forte valeur ajoutée
  • ils n’hésitent pas à s’exposer (images, interviews, podcasts, conférences, vidéos…) pour créer encore plus de lien
  • ils sont calés en webmarketing et ont une véritable stratégie

Pour en revenir à Olivier Lambert, il a récemment lancé un autre projet qui s’appelle La tranchée. Il a bénéficié de toute l’audience accumulée sur la base de son nom avec son 1er blog. Et comme vous pouvez le constater ci-dessous, il n’a pas investi davantage pour un logo ou une charte graphique élaborée. Le site (toujours minimaliste) est à nouveau basé sur sa personne, avec une vidéo qui l’identifie de suite :

tranchée Olivier Lambert

Conclusion

Le fond (le contenu, l’offre) doit ainsi être en béton pour se passer de fioritures (charte graphique, logo…).

Ensuite, ce n’est pas adapté à toutes les activités bien entendu. Certaines ont besoin de jouer sur l’esthétique, car le public l’attend. D’autres prennent le parti d’un graphisme original et très personnel pour se démarquer, car l’offre ne le permet pas toujours (par exemple, un graphiste parmi des milliers d’autres). Parfois le graphisme permet d’exprimer sa personnalité, il est un prolongement des textes, que certains entrepreneurs n’ont pas de facilité à produire : ils vont alors miser sur le visuel. Et souvent, les entrepreneurs se « cachent » plus ou moins derrière un nom commercial et l’entreprise, car ils n’ont pas de facilités à s’exposer (j’en fais partie !).

Il n’y a donc pas de « bonne solution » ou de recette miracle : il s’agit de savoir vraiment ce que vous voulez faire, où vous souhaitez aller et comment, pour adopter une communication qui vous ressemble. Si elle est cohérente, et que l’offre (l’aspect marketing) est de qualité, ce sera efficace ! Même sans logo. Mais pour certains développements, il deviendra indispensable pour représenter visuellement la marque (partenariats, diversification, international…).

Vous pouvez être intéressé(e) par mon article sur l’utilité du logo ici.

Sandra PEREZ – Harmony Com

Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
Vous avez aimé ? Laissez un commentaire, votre e-mail ne sera jamais utilisé !

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»
Recevez les derniers articles chaque lundi, et rien d'autre !
Je m'abonne
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer
+1