. Comment réaliser un site e-commerce qui vend ! -

Comment réaliser un site e-commerce qui vend !

Posted by Harmony Com 6 comments

Avoir une boutique en ligne semble simple et rémunérateur. Mais concrètement, c’est rarement le cas. Face aux déboires de nombreuses TPE dont j’audite parfois les sites, je vous propose un article pour créer une boutique en ligne efficace, avec le concours de deux spécialistes du web :

  • Joan Rosenthal de K-rédaction, qui nous donne 5 points essentiels pour un site e-commerce
  • Anthony Gonzalez de Sitinweb, qui nous fait profiter de ses connaissances sur le référencement de ces sites (SEO)

e-commerce

Beaucoup de boutiques pour peu d’élus

Voici tout d’abord quelques chiffres pour réfléchir (Source Fevad – via ZDNet.fr/chiffres-cles) :

  • on comptait fin 2013 environ 140 000 sites e-commerce !
  • 4 % seulement des sites génèrent 67 % des revenus (dont le n° 1, Amazon)
  • 43 % des sites réalisent moins de 100 transactions mensuelles
  • un panier moyen de 85 € environ
  • 66 % des boutiques en ligne génèrent moins de 30 000 € par an

Ces chiffres montrent bien que la plupart des boutiques en ligne actives génèrent très peu de revenus. Beaucoup d’autres n’en génèrent aucun ! C’est ça, la réalité de l’e-commerce.

Pourquoi ?

  • la concurrence est féroce dans la plupart des secteurs
  • le client potentiel est plus méfiant, mieux averti, mais aussi plus exigeant face aux choix dont il dispose
  • le référencement est devenu plus délicat et plus coûteux, avec ces très nombreux sites
  • la plupart des petits sites comportent des erreurs rédhibitoires, qui font fuir le client

Concernant ce dernier point, il faut bien comprendre que plus que sur un autre site, l’erreur n’est pas permise. On demande à un inconnu de laisser ses coordonnées et son argent ! Or, la plupart des sites e-commerce « faits maison » présentent 2 faiblesses majeures :

  • ils ne rassurent pas (la confiance est pourtant capitale dans l’acte d’achat)
  • ils ne donnent pas envie

Ce sont les 2 « piliers » de l’e-commerce (et d’un site web professionnel en général), comme je le répète souvent à mes clients. Si l’internaute n’est pas séduit dans les 10 secondes, il ira rapidement chez le concurrent. S’il n’a pas confiance : il n’achètera pas, simple.

Pour parvenir à l’acte d’achat, il faut bétonner le site en amont. Avec un site e-commerce, même quelques erreurs qui peuvent vous sembler mineures, seront en réalité fatales au site !

Pensez toujours à votre propre réaction lorsque vous achetez sur Internet : beaucoup de créateurs de boutique en ligne sont trop confiants au sujet de leur site, et oublient de se mettre à la place du client. C’est pourtant essentiel pour détecter ce qui peut poser problème (de même que demander l’avis de personnes objectives, sur un forum par exemple).

Préparer son projet

Il s’agit de bien réfléchir à :

  • ses objectifs (on peut vouloir vendre de petits quantités pour arrondir ses fins de mois comme développer un vrai business autour de la boutique)
  • ce qu’on va vendre et pourquoi (motivation, compétences, groupe de produits ou services cohérents ou au contraire très diversifiés…)
  • ses cibles commerciales (âge, sexe, localisation, etc…)
  • son environnement concurrentiel
  • les éventuelles restrictions légales ou commerciales (surtout à l’international)

Ces éléments permettent d’orienter :

  • le choix de la solution pour créer l’e-boutique
  • l’ambiance à donner niveau graphisme et textes
  • les choix commerciaux, avec une politique plus ou moins agressive

L’ensemble doit être cohérent.

Même si ça semble évident, vérifiez qu’il y a réellement un marché pour ce que vous vendez : attention aux « fausses bonnes idées » qui peuvent finalement vous coûter très cher car vous n’aviez pas pensé à un problème logistique, légal, etc…

Choisissez un nom simple et clair, facile à mémoriser, avec des mots séparés par un tiret pour le domaine (que Google pourra comprendre donc indexer). Par exemple : terroir-breton.com et non terroirbreton.com. Faîtes attention :

  • à la trop grande proximité d’éventuels nom de domaines existants
  • aux marques déposées (voir INPI)

La plupart des boutiques qui ne marchent pas n’ont pas été assez bien préparées et pensées : ne sous-estimez pas cette étape.

Il est très intéressant d‘aller voir les sites e-commerce qui fonctionnent, tout simplement. Même s’ils ont des moyens qu’un indépendant ou une TPE sont loin d’avoir, ils présentent des sites efficaces, dont on peut s’inspirer au moins dans les grandes lignes.

Par exemple, Aroma Zone est une entreprise sans service commercial ni marketing (si !), qui est devenue n°1 de son secteur avec un site jusque là très modeste en apparence. Et ceci principalement grâce à :

  • une réelle expertise mise au service des produits
  • de la qualité et de la variété, avec des produits qui répondent vraiment aux besoins de la clientèle
  • des fiches produits et recettes qui sont la mine d’or du site (apportant service, conseil et crédibilité)
  • un service de qualité, en toute simplicité

aroma zone

Point crucial : la technique

Et oui, il faut en passer par là car c’est essentiel. Une boutique en ligne avec un hébergement trop lent perdra de nombreux clients. De même qu’un site réalisé avec une solution e-commerce de piètre qualité.

Pour partir du bon pied, il faut :

  • un nom de domaine dont on est propriétaire (si possible acheté en direct chez un registrar, du type OVH, Gandhi…)
  • un hébergement de qualité, qui offre sécurité, bande passante suffisante (trafic) et de fait, un affichage rapide
  • une solution de création sérieuse, gratuite ou payante

Détaillons ce dernier point car il est capital.

LA MEILLEURE SOLUTION

Réserver un nom de domaine et prendre un hébergement de qualité, par exemple chez OVH. Si je cite ce registrar, c’est qu’il permet d’activer en un clic le module WordPress ou Prestashop (le top en matière d’e-commerce) à partir du manager (hébergement puis modules) : il l’installe tout seul, vous pouvez travailler de suite. Très bon plan quand on n’y connaît pas grand chose, ou que l’on souhaite simplement gagner du temps avec X sites à réaliser.

Notez que WordPress demande l’ajout d’un plugin tel que Woocommerce pour devenir une e-boutique. Quant à Magento, il est réservé aux sites d’envergure car beaucoup plus lourd à gérer.

Notez que si le site doit être plus sécurisé, on optera plutôt pour un serveur dédié.

Avec ce type de solution, vous ne payez que le prix annuel du domaine et de l’hébergement, ce qui peut revenir à moins de 35 € ! Chez OVH, Anthony conseille un hébergement « pro », pour disposer de ressources suffisantes. Vous êtes alors totalement indépendant, avec une solution de qualité et puissante. OVH réalise même des sauvegardes automatiques, très utiles en cas de problème technique si l’on n’est pas un connaisseur (ce qui ne dispense pas d’installer un ou des plugins dédiés à la sécurité).

Ce n’est pas si compliqué que ça, et le résultat est professionnel si vous suivez aussi les conseils qui vont suivre.

Cette solution (quel que soit l’hébergeur) permet :

  • de sécuriser et sauvegarder le site
  • de la faire évoluer dans le temps pour garder une technique à jour
  • d’installer les plugins de son choix (ce qui est impossible sur une solution en ligne)
  • d’installer le template de son choix, parmi des milliers de modèles gratuits ou payants de qualité (capital)

LA SOLUTION PLUS LIMITEE

Si vous n’êtes vraiment pas à l’aise avec la technique, il sera plus intéressant de vous diriger vers une solution en ligne clé en main.

Et là, attention : le prix ne garantit absolument pas la qualité ! Vous avez des solutions gratuites très satisfaisantes pour des besoins modestes, et des solutions à 50 € par mois qui ne valent pas grand chose. Une seule solution : bien évaluer vos besoins et vous renseigner.

Evitez les solutions :

  • sans domaine propre (sous domaine par exemple, ce qui donne « solution.mon-nom.com », domaine très cher ou à leur nom)
  • sans support technique, qui peuvent laisser votre site en plan sans aucun recours
  • sans sauvegarde possible
  • qui vous font payer en plus une commission sur les ventes, sans justifier ce tarif
  • qui vous engagent longuement, surtout sans test préalable (lisez bien le contrat !)
  • avec un choix de thèmes très réduit
  • dépassées techniquement, par exemple sans thème responsive design (voir plus loin), avec des photos de qualité médiocre ou sans outils de partage social suffisants

Lisez plus loin les conseils de Joan pour vérifier que la solution envisagée vous permet bien de disposer d’un site de qualité suffisante, quel que soit son tarif.

Vous trouverez un comparatif intéressant de quelques solutions connues ici : http://www.websitetooltester.com/fr/tests/. Ce comparateur est aussi très utile pour évaluer rapidement les principales données techniques de ces solutions.

LE LOGICIEL

Il existe des logiciels parfois peu coûteux et très performants.

Les avantages : vous êtes indépendants, une solution sécurisée car installée sur votre ordinateur. Et si le logiciel est de qualité, vous personnalisez le site à 100%.

Inconvénients : il faut obligatoirement un hébergement et savoir transférer le site réalisé (avec un logiciel FTP), en plus d’apprendre à maîtriser le logiciel. Il est rarement mis à jour gratuitement et il faudra vérifier que la solution ne devient pas obsolète.

Vérifiez bien la qualité du code produit par le logiciel, en demandant l’avis d’utilisateurs ou professionnels au besoin. Il convient également de s’assurer que le logiciel n’impose pas un hébergement, et ne prend pas une commission en supplément. Le prix n’est pas gage de qualité : visitez des boutiques réalisées avec ces logiciels et consultez des avis neutres en ligne ou des tests d’experts.

SOLUTION DE TEST

Il peut être intéressant, si le produit s’y prête, de tester son activité sur des sites comme Ebay, Alittlemarket, Amazon ou Price Minister.

Ces solutions fournissent une plate-forme efficace et très bien référencée contre une commission en général. On peut s’occuper simplement de la partie commerciale, mais la personnalisation est inexistante, l’indépendance également. Ce système coûte vite cher et n’est réservé qu’aux produits dont l’image peut s’accommoder de ces sites « fourre-tout ».

Attention : avec la nouvelle loi Hamon, pas mal de solutions en ligne ne permettent pas de se mettre en accord avec la loi e-commerce !

Quelques conseils techniques pour finir :

  • vérifiez que le site passe bien sur les divers navigateurs actuels, mais aussi sur smartphones et tablettes (essentiel de nos jours)
  • évitez le flash, impossible à référencer et non compatible sur outils mobiles
  • n’ajoutez pas trop d’éléments animés, dont les techniques peuvent mal passer sur outils mobiles ou simplement agresser le visiteur
  • évitez le son (musique et autre « pouet pouet » quand on clique) : il plaît rarement et peut carrément faire fuir le visiteur

Le graphisme

Il est essentiel pour tout site Internet : c’est la 1ère impression pour le visiteur. Certaines boutiques donnent envie de partir dès le premier regard ! Style fouillis, agressif, dépassé : le client potentiel part sans se retourner, car il sait qu’il existe 10 boutiques à côté où acheter. Il ne faut pas sous-estimer l’impact du visuel, surtout pour une boutique e-commerce.

Yves Rocher

Un site agréable, un graphisme simple mais efficace

Un logo de qualité est essentiel car il est placé normalement en haut à gauche : c’est la 1ère chose vue. A défaut, ne vous lancez pas dans des créations étranges : misez sur une police adaptée à votre activité, bien lisible et simple, avec une couleur en symbiose avec votre charte graphique et le template. Soyez néanmoins conscient que ce 1er impact du « sans moyens financiers » ou « à la va vite » ne sera pas très positif pour votre boutique.

Auriez-vous envie d’entrer dans une magasin avec une porte dans un état lamentable, un néon qui pendouille et une vitrine en vrac ? Et bien c’est pareil pour une boutique en ligne : il faut déjà séduire le visiteur et le rassurer, pour lui donner envie de visiter le site.

Et ça commence par le template (thème), élément crucial. Il va donner une ambiance au site mais joue aussi sur la technique : un thème dépassé peu être plus sensible aux piratages et autres virus. Il peut également être trop long à charger ou pas en responsive design.

LE RESPONSIVE DESIGN

C’est quoi cette bête ?

Un ingrédient clé aujourd’hui pour une boutique e-commerce : c’est un thème qui va s’adapter à diverses tailles d’écran. Le but étant bien sûr de passer sur smartphones et tablettes, de plus en plus utilisés pour acheter en ligne. Ne pas avoir un site optimisé pour mobile, c’est perdre beaucoup de clients potentiels de nos jours !

Dans certains cas, il sera même approprié de carrément créer un site pour mobile. Il sera ainsi parfaitement adapté à ce canal de vente, à l’écran très petit et aux technologies spécifiques. L’investissement en vaut vraiment la peine si les produits ou services vendus sont achetés largement sur cet outil, par exemple dans le domaine des voyages ou des vêtements.

Au delà de la technique, un template doit avant tout rester discret, pour mettre en valeur les produits avant tout. Regardez les boutiques des grands de l’e-commerce : on est en général sur des graphismes minimalistes et clairs, qui font la part belle aux produits. Evitez ce qui est trop coloré, criard ou trop lourd à charger à cause de nombreuses images (les fonds notamment, qui peuvent vite peser sur la balance). La vitesse d’affichage est capitale sur un site e-commerce : on estime qu’au delà de 3 secondes, 40% des visiteurs quittent un site.

LES IMAGES

Quand on parle graphisme, on parle aussi des images du site :

  • de belles photos de qualité (mais pas trop lourdes non plus, trouvez un compromis), qui font envie, avec des objets en gros plan et plusieurs angles si besoin
  • du zoom, voire du 360° ou une vidéo selon les produits vendus (qui boostent les ventes)
  • des images plutôt que du texte pour annoncer des promotions, les conditions de paiement, de livraison, etc… (pas trop lourdes ni trop chargées visuellement)

Voici l’exemple de BM Games, avec une boutique toute simple Prestashop :

BM Games

Des images au lieu du texte

L’ergonomie

Il s’agit globalement de faciliter l’accès aux informations. Sur un site e-commerce, la navigation est essentielle : le client ne cherchera pas, il partira !
Veillez à réaliser des menus :
  • simples et intuitifs
  • pas trop fournis (partagez en 2 au besoin avec les barres latérales ou des sous-menus)
  • bien hiérarchisés

Les catégories doivent être clairement identifiables au premier coup d’oeil. N’hésitez pas à utiliser dès la page d’accueil des accès pour les meilleurs ventes, promotions ou les nouveautés, qui doivent être bien visibles.

Le menu principal, logiquement en haut, doit être très travaillé. Il comportera l’essentiel, ce qui va motiver le client, lui donner envie et le rassurer. En général :

  • une page d’accueil : présentez le site, ne cherchez pas de suite à vendre ! Indiquer clairement au visiteur ce qu’il va trouver sur le site et votre différence, pourquoi il devrait acheter chez vous et pas ailleurs (service, qualité, produits uniques, artisanaux, labellisés, etc…)
  • une page de présentation du vendeur : essentiel et trop souvent oublié ! Le visiteur doit savoir qui vend, si c’est honnête, sérieux, et quelle est sa légitimité (c’est à dire si la personne ou entreprise s’y connaît et saura le conseiller). Une page souvent désastreuse sur les petits sites e-commerce, alors qu’elle est très importante pour rassurer le client
  • une page de contact, avec plusieurs modes de contact très visibles (en gros), et un plan s’il y a une boutique réelle

On peut aussi y trouver un accès au blog, à un forum, etc…

Les catégories seront normalement réservées à un second menu, qui doit être parfaitement organisés. On choisit des mots de suite compréhensibles par le visiteur et courts.

Un petit menu annexe est normalement présent pour ce qui est lié aux comptes clients.

On réserve en général le pied de page ou un 3ème menu pour les mentions légales, CGV, modalités de livraison, garantie, etc…

N’oubliez pas l’outil de recherche, qui doit toujours être visible.

menus

Exemple de la boutique toute simple mais bien faite d’Henné indigo et compagnie

Le contenu

Je cède à présent la parole à Joan de K-rédaction.

Les 5 points incontournables pour un site e-commerce
  • Des photos professionnelles, en gros plan, sous plusieurs angles si possible, voire une vidéo
  • Des fiches articles détaillées, sur le produit en lui-même et aussi sur son utilisation, son contexte, son histoire, de façon à créer un univers sémantique autour du produit qui va aider au référencement, qui va permettre de présenter suffisamment de contenu pour que les internautes aient plus de probabilité de taper une requête qui fera mouche.
  • Un parcours d’achat TRÈS simple et intuitif – Des filtres poussés : par prix, couleur, marque, catégorie, taille etc…
    • Par exemple éviter les étapes multiples de paiement : on peut très bien, que ce soit avec Prestashop ou Woocommerce, obtenir une seule page qui regroupe toutes les étapes.
    • Un panier accessible via toutes les pages.
    • La possibilité de supprimer un article en un seul clic.
    • La possibilité d’accéder à une fiche article depuis le panier.
    • Des tarifs de livraison indiqués de manière visible, avec un lien en footer ou en sidebar par exemple ou carrément les tarifs indiqués dans le footer.
    • La possibilité de mettre ses achats de côté pour plus tard.
    • La possibilité de mettre des favoris.
  • Des zones de réassurance pour rassurer (forcément ;-)) l’internaute :
    • Témoignages de clients, sur le site en lui-même et penser aussi aux réseaux sociaux, avec une réactivité importante quand il y a des plaintes de clients.
    • Verrouillage de la zone de paiement et symbole visuel de paiement sécurisé.
    • Présence de CGV – oui oui, il y a des sites de e-commerce qui ne présentent pas de CGV, autant dire que ça me fait fuir immédiatement ! Préciser les modalités de retours, de remboursement.
    • Mention sur l’utilisation des données personnelles.
    • Numéro de téléphone très très visible partout, dans le header au mieux, voire un chat, une adresse mail, une adresse physique, numéro Siret, TVA etc. Une photo et pourquoi pas un prénom de la personne à contacter permet d’humaniser considérablement le site. Un formulaire de contact accessible de toutes les pages.
    • Des garanties techniques le cas échéant.
    • Une page « About » pour présenter l’entreprise.

Joan de K-rédaction

ZOOM sur des points qui posent souvent problème sur les petites boutiques

Les fiches produits doivent faire l’objet d’un soin particulier : ce sont elles, en grande partie, qui vont décider le visiteur à acheter… ou non. Je le répète, il faut à la fois rassurer et donner envie :

  • tout commence par le titre, le nom du produit : choisissez des mots évocateurs pour le client, pas forcément pour vous ou un professionnel du domaine, faîtes court et précis
  • si vous proposez de l’occasion, soyez très précis sur les conditions d’usure, les éventuels manques d’accessoires, etc… Tout ce qui n’est pas spécifié est sujet à litige et retour, donc perte de temps et d’argent pour vous (ou le visiteur ne passera pas à l’achat)
  • le texte doit être assez complet pour éviter tout litige, mais aussi comme l’indique Joan, pour les moteurs de recherche. Mettez des mots clés (sans trop) et axez sur le « plus produit », ce qui va donner envie au visiteur, et pas seulement des qualités physiques ou techniques. Indiquez-lui le bénéfice qu’il va tirer du produit
  • les visuels sont capitaux : prenez le temps de faire des photos de qualité et de les retoucher au besoin. Mettez-en plusieurs si c’est utile : on manque parfois un achat simplement parce qu’il manque une prise de vue qui rassure sur l’état de l’objet
  • laissez si possible la place aux commentaires clients
  • vérifiez que les boutons de partage social sont présents
fiche produit

Une fiche produit efficace de BM Games

LA LOI

Et oui : il y a des éléments à respecter pour les sites e-commerce. Et la plupart sont hors la loi !

Avec la loi Hamon de 2014, soyez encore plus vigilant : délai de rétraction passé à 14 jours, augmentation de la durée de garantie sur certains objets, bouton d’achat qui précise l’obligation de paiement (oui c’est idiot mais c’est la loi !), etc…

Bétonnez vos CGV (conditions générales de vente) pour éviter au maximum les litiges : prévoyez les cas de litiges, retours, mentionnez les conditions de paiement clairement, de livraison (avec les tarifs), etc… Vous pouvez voir les détails ici.

MOYENS DE PAIEMENT ET DE LIVRAISON

Il vous est déjà arrivé combien de fois de partir d’une boutique en ligne parce que vous ne trouviez pas le tarif de la livraison ? Ou les moyens de paiement et leur sécurisation ?

Et oui, c’est évident mais beaucoup de sites e-commerce ne répondent pas à cette demande légitime du visiteur. C’est un énorme frein à l’achat ! Annoncez la couleur dès la page d’accueil si possible, sinon prévoyez une page pour répondre clairement à ces questions essentielles. Idem pour la politique de retour et la garantie.

LA CNIL

Si vous traitez des données personnelles, ce qui est forcément le cas pour la livraison du produit ou service, vous devez déclarer votre fichier à la CNIL. N’oubliez pas la mention sur la loi informatique et libertés également.

Le plus : n’hésitez pas à réaliser une page FAQ qui répondra aux questions récurrentes des visiteurs : elle montre votre sérieux, votre soucis du client potentiel, et vous fait gagner du temps.

L’aspect commercial

Qui dit e-commerce, dit… commerce. Oui elle est bonne je sais ! Mais globalement, beaucoup de boutiques sont construites sans penser réellement à l’aspect commercial, ni à la base de tout : le client.

Or une boutique en ligne est un commerce, avec les mêmes règles que dans la vraie vie :

  • pensez à accueillir le visiteur, comme vous le feriez en boutique réelle (non, on ne lui demande pas de suite sa CB sans même un bonjour !)
  • présentez-vous, dites-lui qui vous êtes, rassurez sur votre passion ou vos compétences pour tenir cette boutique
  • proposez du conseil, des astuces, via un blog notamment (excellent pour gagner en crédibilité, humaniser le contact et pour le référencement)
  • échangez, répondez aux commentaires (même critiques, ils sont souvent une excellente source d’informations sur ce qui est à améliorer)
  • gérez impeccablement les réseaux sociaux, qui sont un prolongement de la boutique (un peu comme les journaux et autres annonces pour un commerce local)
  • soyez impeccables sur les aspects légaux pour assurer de votre sérieux
  • proposez d’autres produits similaires ou complémentaires à la fin de la fiche produit, ou lors de la mise en panier (cette simple astuce peut augmenter de 20% le panier)
  • fournissez un réel service : conseil, retours, SAV…

Globalement, peu de sites pensent à fidéliser correctement. Or, acquérir un client coûte nettement plus cher qu’en conserver un ! Il vaut mieux bichonner ses clients avec des offres spéciales, des points de fidélité, des astuces ou informations intéressants pour eux, sans les noyer de publicité. N’hésitez pas à investir dans un outil de qualité pour gérer ses e-mails de relance.

Regardez les statistiques : pas seulement les ventes, mais aussi les paniers non finalisés, les pages les plus vues, celles qui perdent très vite le visiteur, l’impact des e-mails, etc… C’est une mine d’or pour améliorer votre commerce en comprenant ce qui peut freiner ou encourager l’acte d’achat.

Si le site est lié à un commerce physique : mettez-le en avant ! C’est un signe fort, rassurant pour le visiteur : un local, des investissements, du travail, l’habitude de la clientèle… Ce sont des points très positifs pour soutenir une boutique virtuelle. Des photos de la boutique réelle seront bienvenues : il ne faut pas hésiter à lier les 2, en faisant attention à conserver la même ambiance (visuelle notamment), des tarifs synchros, et le même traitement de la clientèle.

Une boutique en ligne doit vivre, comme un vrai commerce. Certaines semblent avoir été abandonnées : l’impression n’est pas rassurante et le visiteur s’enfuit. Il faut penser à l’animer régulièrement avec des offres spéciales, de nouveaux produits ou services, des promotions, etc…

Exemple : Audrey tient la boutique toute simple de Hennés et soins d’ailleurs. Non content elle gère très bien son activité, mais elle anime sérieusement un forum et un groupe Facebook, piliers de son commerce. Elle recherche sans arrêt les meilleurs produits, des nouveautés, et est très à l’écoute des retours clients.

hennés et soins d'ailleurs

Une boutique toute simple mais bien géré, avec une communauté très engagée

Soyez réactif : une boutique en ligne prend beaucoup (mais vraiment beaucoup) de temps, il faut en être conscient. Le client ou prospect attend des réponses ou de l’aide rapidement, surtout à l’ère du web 2.0 :

  • répondez rapidement (une semaine représente une éternité sur le web)
  • soyez très attentifs aux réseaux sociaux, pour gérer au plus vite une crise qui s’amorce
  • restez courtois en toutes circonstances, tout en sachant poser des limites
  • un geste commercial est toujours bienvenu en cas de litige
  • communiquez rapidement sur un problème qui a touché un lot ou plusieurs commandes : mieux vaut expliquer et s’excuser, plutôt que laisser les clients mécontents donner leur avis partout sur le web

Astuce : un outil de qualité pour la newsletter permettra d’envoyer systématiquement aux clients des produits ou services complémentaires après achat. Néanmoins, il ne faut pas abuser de ce système en envoyant 10 mails de relance :  le client pourra se désinscrire et aller voir ailleurs !

Le référencement

Sur ce point, je laisse la parole à Anthony de Sitinweb, qui vous livre de précieux conseils pour mieux positionner un site e-commerce.

5 raisons de penser au référencement dès le début

Le référencement est souvent considéré comme « la deuxième » étape dans la construction d’un site e-commerce.
C’est une erreur, il est très important d’y penser lors de la création de votre projet. Vous devez en prendre conscience et allouer un budget, du temps.

Ci-dessous, 5 pistes sur lesquelles réfléchir avant de vous lancer :

  • Connaissez-vous vos mots ou expressions clés ? C’est le point de départ de votre stratégie, tout tourne autour d’eux, ne les oubliez pas !
  • Vos concurrents qui sont-ils ? Avez-vous programmé un audit de leur site e-commerce afin de connaitre l’attente de vos prospects / clients ?
  • Réseaux sociaux, vous y avez pensé ? Sans un minimum de publicité en amont, le jour J de l’ouverture vous serez loin de vos objectifs en terme de visite, de conversion…
  • Vos fiches produits : qui rédige ? Si elles ne respectent pas les règles d’optimisation pour le référencement naturel, il y a peu de chances qu’elles aient l’impact escompté dans les résultats de recherche.
  • L’optimisation de votre site : un beau site e-commerce c’est bien, un site optimisé, pensé pour le référencement naturel, c’est mieux.

3 astuces référencement que vous devez appliquer !

Maintenant que vous avez compris l’importance du référencement pour votre site internet e-commerce, il est temps de connaitre quelques astuces de base pour des fiches produits optimisées :

  • Titre fiche produit : nommez les avec vos mots clés, un titre explicite, pas une suite de mots
  • Description : la version longue est un détail complet du produit sous tous ses angles, utiliser la « longue traîne » (phrase clé). La version courte est un résumé de la description longue, des mots percutants avec vos mots clés, une phrase courte
  • Photos / images : renommez-les avec vos mots clés, sans espace, sans LA / LE / DU /DES / … Exemple : mauvaise façon dsc001202.jpg / bonne façon mon-produit.jpg. Complétez soigneusement les balises Title / Alt / Description de chacune de vos images. Réduisez au MAXIMUM le poids de vos images 800*600 pixels, supprimez les exifs avec smuch.it*

* Un plugin WordPress existe pour une réduction du poids automatique au chargement de la photo sur votre site. Son nom : WP Smush.it

Anthony de Sitinweb

Quelques conseils supplémentaires pour être mieux référencé :

  • créez un sitemap (ou utiliser un outil qui le fait) utile aux outils de recherche
  • soumettez le site à divers annuaires généralistes ou thématiques, et pas seulement à mister Google
  • faîtes des liens internes (au sein du site), qui seront suivis et pris en compte par les outils de recherche
  • utilisez les balises de titre H1, H2, H3… et choisissez des titres de pages textuels, avec des mots clés séparés par un tiret (par exemple chaussures-enfants.html et non page22.html)
  • communiquez sur les réseaux sociaux, notamment Pinterest (très porté sur l’e-commerce et l’image) et Google Plus, pour son lien avec Google : ils aideront le référencement du site
  • les forums peuvent permettre de laisser discrètement son adresse (voire parler de ses produits ou services), en apportant principalement de l’aide et des conseils sur les sujets liés à son activité

Pour faire connaître le site

Il n’y a pas que Google ! Tout le monde ne peut pas être en 1ère page : or au delà de la 3ème page, on estime qu’un site est à peu près invisible.

Dans des secteurs concurrentiels, inutiles de rêver : misez sur d’autres moyens pour vous faire connaître (à moins d’avoir des moyens financiers substantiels), sachant que le bouche à oreille reste « LE » moyen le plus efficace, et c’est gratuit ! Donc soignez votre présence en ligne, bichonnez vos prospects et clients en fournissant de bons produits ou services. C’est tout simplement la meilleure solution, qui peut permettre de rapidement lancer une boutique gratuitement, mais aussi de fidéliser dans le temps.

Des outils pour faire connaître le site :

  • les supports papier avec l’adresse du site, dont la carte de visite ou le flyer : on peut très bien séduire aussi une clientèle locale
  • les réseaux sociaux bien sûr (pensez aux groupes pour parler conseils, astuces, autour de vos produits : une communauté active et engagée vaut de l’or)
  • un blog avec des conseils, astuces, tutoriels…
  • l’affiliation : les produits ou services sont alors vendus à travers d’autres sites
  • la publicité en ligne : Adwords peut vite être coûteux, mais pensez aux sites liés à l’activité de la boutique et aux publicités sur les réseaux sociaux (principalement Pinterest et Facebook pour des particuliers, Twitter et LinkedIn pour des professionnels)
  • les jeux et concours, qui permettent de jouer sur la viralité grâce aux réseaux sociaux, et de capter rapidement des adresses mails qualifiées (choisissez bien le ou les lots proposés pour attirer des visiteurs intéressés par votre offre, et non par une tablette tactile qui n’a rien à voir avec ce que vous proposez)
  • la recommandation : les avis de clients sont capitaux, il ne faut pas hésiter à les solliciter et à les mettre en avant
  • les communiqués de presse, gratuits ou payants
  • son réseau personnel : on peut oublier de parler tout simplement de son site à sa famille, ses amis, ses voisins, ses collègues de travail… Ils peuvent pourtant devenir les premiers clients et recommander le site rapidement
  • créer un événement : un déjeuner, un salon, une offre découverte, un « Google hangout » en ligne pour apporter du conseil autour des produits, etc…

L’exemple d’une petite boutique réussie

J’ai beaucoup aimé Rue de la déco, une boutique déco simple et chaleureuse découverte au fil d’un article.

Ses points forts :

  • une graphisme très agréable, simple, qui met en valeur les produits proposés
  • des menus bien pensés, avec notamment des filtres pour les prix
  • une page d’accueil… qui accueille, avec les nouveautés, le blog et les promotions
  • un blog vendeur
  • les mentions importantes de suite visibles : modes de paiement, livraison, etc…
  • une newsletter et des réseaux sociaux bien mis en avant
  • de jolies fiches produits, avec propositions plus bas d’articles complémentaires
  • une jolie page « qui sommes-nous », mais aussi « nos engagements »
  • un pied de page simple mais efficace

 

rue de la déco

http://www.ruedeladeco.com/

Conclusion

Comme vous l’avez compris, réaliser un site e-commerce qui vende est nettement moins facile qu’il n’y paraît !Tweet: Comment avoir un site #ecommerce qui vend ! http://ctt.ec/orEaH+

Certains choix et une bonne dose de réflexion en amont vous éviteront un maximum de problèmes :

  • choisir la bonne solution technique pour créer le site
  • penser référencement dès le début, en prévoyant mots et expressions clés
  • ne pas focaliser sur la vente : pensez au client avant tout, avec un bon accueil, des conseils, du service, de la sécurisation et réassurance…

Oui, un site e-commerce est fait pour vendre. Mais trop de créateurs de boutiques en ligne pensent uniquement à ça, en oubliant les règles élémentaires de politesse ou de sécurité ! Et dans ce domaine, elles ne pardonneront pas. Pensez bien votre projet avant de vous lancer : il y a trop de concurrence pour laisser des éléments au hasard.

Merci à ces 2 spécialistes du web pour leur participation :

Joan Rosenthal

Joan Rosenthal

Le K-rédaction

Sitinweb
Anthony Gonzalez
Sitinweb – Twitter : @SitinWeb
sitinweb
Sandra PEREZ – Harmony Com
Spécialiste en communication pour TPE
Harmony Com
The following two tabs change content below.
Sortie d'une école de commerce (marketing et gestion), après quelques expériences commerciales, je suis tombée dans le web dès 99. Webmaster freelance dès 2004, j'étais déjà spécialisée TPE ! Avec le web 2.0, j'ai repris une activité plus conforme à mes compétences : la communication pour TPE. Ma philosophie : du sur mesure qui va à l'essentiel ! Conseil / accompagnement - Rédaction commerciale - Social média - Print / logo
6 Comments
Oct 8, 2014
12:30
#1 Brigitte :

Merci, encore pour cet article très intéressant…J’ai du travail, beaucoup de travail,;)

Oct 8, 2014
15:47

C’est beaucoup de travail une boutique e-commerce oui, il vaut mieux le savoir avant de se lancer ;o)
N’hésitez pas à me tenir au courant !

Mai 22, 2016
21:00

Très bon article! Merci!
Une question: selon vous combien de temps faut-il se laisser avant de juger du succès ou de l’échec d’un site web?
Cordialement

Mai 23, 2016
11:30

Bonjour,

Il n’y a pas de réponse toute faite, tout dépend de l’activité, des moyens mis pour faire fonctionner le site, et du niveau de concurrence (pour un site e-commerce).
Dans certains domaines très concurrentiels, il faudra un certain temps avant d’évaluer si l’on parvient à se tailler une place au soleil ou non. Gagner des parts de marché se fera souvent dans le temps (il faut pouvoir tenir). Dans d’autres domaines(on va dire de façon plus générale), si au bout de 6 mois, 1 an maximum, rien ne bouge (ou très peu), il faut sérieusement se poser des questions.

Car si la communication et le site ont été bien réalisés, au bout de qqs mois, il devrait avoir trouver sa clientèle. Et au bout de 2-3 ans il devrait « rouler ».
Après, à chacun ses objectifs, le « succès » est relatif. Un site e-commerce qui n’est qu’un complément de revenus, géré à temps très partiel ou lancé avec très peu de moyens, mettra forcément bien plus de temps à générer des revenus (plus faibles en général) qu’un site e-commerce en activité principale, lancé à grands renforts de pubs, etc…

Voilà pour ces précisions, bonne semaine,
Sandra

Juin 6, 2016
19:05
#5 revis :

Bravo mais c dur

Juin 6, 2016
19:08

Merci :-)
Et oui, ce n’est pas facile. Il y a énormément de boutiques à présent, alors il faut un site top (qui rassure notamment) et une bonne communication autour en général, pour sortir du lot.

Laissez un commentaire : votre e-mail ne sera jamais utilisé ! En laissant un commentaire, vous acceptez la politique de confidentialité du blog.

Nom

Email

Site web

Previous Post
«
Next Post
»